Maïs ensilage 2019 : des valeurs alimentaires variables en fonction des régions

Actualité06/12/2019Fourrages, NutritionBovins lait

Les conditions météorologiques de l‘été 2019 ont significativement impacté les valeurs alimentaires des maïs 2019 notamment sur les zones les plus séchantes.

Bien couvrir les rations en azote soluble

Les 1ères analyses nous montrent des valeurs MAT et PDI assez faibles. La valorisation de ces maïs passe prioritairement par un apport suffisant en azote soluble au niveau du rumen. Afin d’assurer une bonne efficacité alimentaire, ces maïs ensilages doivent-être associés à une autre source de fourrage (ensilage herbe, enrubannage…).

Des valeurs UFL (2018) oscillant de 0,95 à 0,97

Pour qualifier l’énergie d’un maïs ensilage, il est nécessaire de ne pas s’arrêter à la valeur UF seule mais d’analyser son origine pour déterminer la complémentation la plus adaptée. L’énergie est apportée par le grain (% amidon) et la digestion de la tige et des feuilles (dMOna). A valeur UFL équivalente, deux maïs peuvent-être très différents selon leur part de grains et leur digestibilité de la partie tiges-feuilles. Les valeurs d’amidon fluctuent significativement selon les départements (de 25 à 33%). Les mêmes disparités sont constatées sur la dMOna (de 58 à 62%).

Dans le cas d’une complémentation énergétique elle devra être déterminée en fonction de ces deux critères :  % amidon et dMOna. Le graphique donne nos recommandations de complémentation en fonction de ces 2 critères.

Maïs ensilage récoltés trop secs : quelles conséquences ?

Le taux de MS totale d’une ration doit se situer autour de 42 à 45%. Au-delà, des baisses d’ingestion sont constatées. Ainsi, dans une ration, avec un maïs ensilage sec associé aux concentrés et à de la fibre (enrubannage, paille, foin) la MS optimale est dépassée. Dans ce cas il est conseillé d’ajouter de l’eau dans la ration (3 à 5L d’eau en moyenne par VL).

Le maïs ensilé au-delà de 35% MS perd de sa digestibilité et rend la conservation plus délicate. L’amidon est moins digestible dans le rumen ce qui a pour conséquence de diminuer la quantité d’énergie disponible pour la synthèse de protéine microbienne. De plus, la digestibilité des tiges et des feuilles (dMOna) diminue. Il faudra donc veiller à bien alimenter le rumen en azote dégradable et énergie fermentescible (sucre et/ou céréale).

Olivier VERON - Référent Chef Produit Nutrition

 

Tableau - Moyenne des valeurs alimentaires des maïs ensilages 2019 (n=921) selon les départements (Source : Lano 28/10/2019)

En g/kg MS

Calvados n=544

Manche n=334

Eure n=28

Seine-Maritime n=21

MS (%)

35,2

32,9

32,8

32,9

Amidon

333

305

247

318

MAT

62

66

76

73

CB

183

200

205

195

NDF

407

434

464

431

ADF

221

233

241

222

dMO (%)

72,5

71,5

71,9

72,6

dMOna (%)

58,1

58,3

61,9

58,8

UEL

0,95

0,99

0,98

0,97

UFL

INRA 2018

INRA 2007

 

0,97

0,94

 

0,95

0,92

 

0,96

0,92

 

0,97

0,93

UFV

INRA 2018

INRA 2007

 

0,92

0,84

 

0,90

0,82

 

0,90

0,82

 

0,92

0,83

BPR

-44

-43

-35

-38

PDI  2018

59

60

62

62

 

 

 

Certifications :