Vous êtes déjà connecté au SSO, vous pouvez vous déconnecter en cliquant ici
Mot de passe oublié

Optimiser la valorisation des effluents d’élevage sur les prairies : primordial en AB

Actualité21/10/2021Agriculture Biologique, PrairiesBovins viande, Bovins lait

Dans le cadre du programme Reine Mathilde, une journée portes ouvertes a eu lieu le 12 octobre à l’EARL du Bois d’Arry (14), sur la thématique de la rénovation des prairies. Un atelier « Optimiser les effluents de l’élevage sur les prairies », animé par Littoral Normand et Chambre d’agriculture, a permis de faire le point sur la valorisation agronomique de ces produits très souvent réservés aux cultures mais essentiels pour la fertilité des prairies.

Le lien à la terre est inscrit dans les principes fondamentaux de l’élevage en l’Agriculture Biologique. Ce lien se fait dans les deux sens : de la terre à l’animal, par le biais de la production de fourrages, et de l’animal à la terre, par la restitution au sol des effluents. L’un nourrit l’autre dans un cercle vertueux qu’il faut entretenir pour éviter gaspillages d’éléments fertilisants et baisse de rendements.

 

Le rôle des effluents d’élevage pour la fertilité du sol

Une grande partie de la matière sèche contenue dans les effluents d’élevage est constituée de matière organique. Dans ce sens les apports d’effluents sont en premier lieu des apports de matière organique. Ce sont donc des apports qui jouent un rôle important sur la fertilité du sol :

  • Physique : capacité de retenir l’eau et les éléments nutritifs, meilleur réchauffement en sortie d’hiver grâce à la couleur plus foncée, stabilisation des agrégats pour une meilleure structure du sol, habitat idéal pour la biodiversité et les racines des cultures ;
  • Biologique : la matière organique, surtout celle non compostée, est un nutriment pour la vie du sol ;
  • Chimique : une partie plus ou moins importante de l’azote, environ 80 % du phosphore et 100 % de la potasse contenus dans l’effluent sont mis à disposition de la culture l’année de l’apport. Sans compter tous les autres éléments naturellement présents dans la matière organique.

Et le compostage ?

Les 3 actions sont toujours présentes dans toutes typologies d’effluents mais en proportions différentes en fonction du produit. En règle générale plus le produit est frais et mou, plus la composante « fertilité chimique » est forte au détriment de celle physique. On a dans ce cas des produits « coup de fouet » dont il est toujours important de connaitre la composition pour en améliorer la valorisation et réduire les gaspillages. Un exemple de ce genre de produits est le lisier, dans lequel environ 55 % de l’azote se trouve sous une forme déjà disponible.

A l’exact opposé se trouvent les composts de fumiers, très riches en matière organique humifiée, très lente à la dégradation, et qui va contribuer à la composante physique de la fertilité du sol. Pour schématiser, voici la composante de la fertilité majoritairement améliorée lors des apports de différentes sortes de produits organiques.

Si on concentre l’attention sur la mise à disposition d’azote, voici un schéma qui synthétise les caractéristiques des effluents les plus fréquents.

La fertilisation des prairies

La Normandie est en grande partie classée en zone vulnérable. L’épandage des effluents est donc réglementé en ce qui concerne les dates (calendriers d’épandage) et les quantités.

Au-delà des obligations règlementaires la valorisation agronomique des apports d’effluents d’élevage sur prairie dépend de la date d’épandage et du type de produit utilisé.

Quand la disponibilité de produit à épandre est limitée, comme c’est souvent le cas pour les systèmes très pâturant, il faut privilégier les prairies de fauche par rapport à celles qui sont toujours pâturée. Les prairies avec une majorité de graminées valorisent d’avantage des apports de produits réactifs comme le lisier tandis qu’une prairie de légumineuse profitera mieux d’un apport de compost qui va libérer assez vite phosphore et potasse sans pour autant favoriser les adventices grâce à une très faible minéralisation de l’azote.

Pour aller plus loin, des formations sur l’entretien de la fertilité du sol sont prévues à partir de cet automne dans toutes les régions Littoral Normand. Pour le programme et inscription : https://www.littoral-normand.fr/index.php?id=673

 

Maddalena MORETTI

Conseillère Référente Agriculture Biologique

maddalena.moretti@littoral-normand.fr

06 64 23 84 16

Contactez l'auteur

Certifications :