Vous êtes déjà connecté au SSO, vous pouvez vous déconnecter en cliquant ici

Médecines complémentaires, quels granules homéo pour quelles mammites ?

Actualité18/05/2020

Comme vous le savez sans doute, un des principaux atouts de l’usage de l’homéopathie pour soigner vos animaux d’élevage est l’absence de résidus. Cette caractéristique est d’autant plus intéressante lorsque l’on s’attaque à soigner une mammite : le lait est livrable dès la fin du traitement ! Alors, prêt à vous lancer en médecines complémentaires pour soigner les infections mammaires de vos vaches ? »

Néanmoins, de prime abord, l’homéopathie peut rebuter par son aspect ardu et totalement différent des autres médicaments habituellement utilisés. C’est donc en autre pour lever ces freins que des spécialités homéopathiques disposant d’AMM pour l’élevage ont été élaborées, composées de multiples remèdes homéopathiques réunis dans un seul flacon/une unique ampoule et répondant au nom de « complexes homéopathiques » (principe « complexiste »). Les homéopathes puristes ne considèrent pas ces mélanges comme étant réellement de l’homéopathie car ils ne répondent pas à un des principes érigés par le médecin allemand Samuel Hahnemann, « père fondateur » de l’homéopathie. 

Ainsi, de façon empirique, le recours à l’homéopathie se fera dans le but de soigner un malade qui exprimera des symptômes qui lui seront spécifiques. On parle de notion « d’individualité ». 

Pour illustrer ce concept, prenons une douleur articulaire chez l’être humain. En général, elle est consécutive à une inflammation et pour la soulager, en médecine allopathique, on pourra avoir recours à un anti-inflammatoire. En homéopathie, on va s’attacher à toutes les sensations, modalités, particularités, symptômes concomitants qui lui sont associés afin de trouver le remède homéopathique unitaire qui lui correspond (principe « uniciste »). Vous n’opterez alors pas pour les mêmes granules si votre articulation vous fait d’avantage souffrir lorsque vous la sollicitez après une période de repos (« à froid ») ou à l’inverse, lorsque la gêne occasionnée se ressent après avoir multiplié les efforts (« à chaud »). De même, le tube homéopathique requis sera différent si l’application d’une compresse chaude ou froide vous améliore, vous soulage. 

 

Concernant vos vaches, il existe une multitude de granules homéopathiques pouvant soigner les mammites.  

La difficulté réside à choisir le remède le plus adapté aux symptômes exprimés par l’animal. Et là, malheureusement, nous ne parlons pas le même langage ! Néanmoins, à défaut de mots, nos animaux émettent de nombreux signes pour communiquer avec nous, à nous de savoir les observer et les interpréter ! Par exemple, lors d’une mammite, la vache peut avoir subitement de la fièvre, des pupilles dilatées et un quartier rouge, chaud, douloureux, gonflé. Elle peut aussi sembler très douloureuse au point de taper lorsque l’on effleure le quartier atteint alors que bizarrement, elle se couche sur ce même quartier malade !  Ces symptômes différents correspondent à la pathogénésie de remèdes distincts de la Matière Médicale connus sous le nom de Belladonna et Bryonia.  

Comme pour nous, l’usage de l’homéopathie uniciste (un seul remède unitaire) nécessitera en conséquence une évaluation poussée des différents signaux à chaque fois qu’une mammite se déclarera. L’utilisation de granules individuels requiert de l’expérience (et on l’aura deviné, une voire des formations préalables !) pour pouvoir les employer correctement. A mi-chemin entre cette pratique et l’utilisation des solutions complexistes commercialisées, certains font usage de quelques remèdes ensemble et sont nommés « pluralistes ». 

 

Mais quelle que soit la façon dont on l’utilise, l’homéopathie possède de nombreux atouts pour son usage en élevage et vous auriez tort de vous en priver ! 

Comme vous l’aurez compris, même si nous ne comprenons pas exactement comment fonctionne l’homéopathie, il me semble toutefois pertinent d’essayer de soigner vos vaches au moyen de cette médecine peu coûteuse et sans résidus.  

 

Cyrielle CORBIER - Vétérinaire Conseil Littoral Normand

Certifications :