Vous êtes déjà connecté au SSO, vous pouvez vous déconnecter en cliquant ici
Mot de passe oublié

Logement des veaux de moins de 4 semaines : quelle vigilance ?

Actualité25/10/2021Bâtiment, GénissesBovins lait

Le logement des veaux nouveau-nés et de moins d’1 mois de vie doit être une pouponnière confortable pour laquelle des points de vigilance sont à mettre en œuvre. Ce logement doit pouvoir apporter au veau à la fois du confort, du bien-être et des garanties pour sa santé.

Premier impératif : un logement individuel

Dans les premières semaines de vie, le logement du veau doit être individuel pour :

-  limiter la contamination entre veaux (notamment lors de diarrhées néonatales) et permettre une acquisition d’immunité progressive dans un microbisme ambiant maîtrisé ;

-  séparer le jeune veau (à l’immunité incomplète, en cours d’acquisition) du logement collectif des génisses plus âgées et ainsi le soustraire au microbisme présent sur ses congénères (plus vieux et immunisés) ;

- permettre le respect de contraintes physiologiques du jeune veau, notamment les normes d’ambiance et de confort thermique développées ci-dessous ;

- permettre une surveillance individuelle plus aisée.

 

Principales solutions : niche individuelle extérieure ou case individuelle en bâtiment

  • Niches individuelles extérieures

Idéalement sur caillebotis et bien paillées, exposées (ouverture) vers le Sud-Est. Si elles sont posées sur une bande enherbée, il convient de les déplacer à chaque changement de veau pour gérer le microbisme accumulé au niveau du sol. Sinon les installer sur une aire bétonnée de 2 à 4 mètres de large (place pour la niche + courette + confort de l’éleveur) sur une longueur correspondant au nombre de niches devant être installées. Orientation de la pente vers l’arrière des niches de façon à ne pas marcher dans les écoulements qui doivent être gérés en tant qu’effluents.

 

  • Cases individuelles en bâtiment

Elles doivent répondre à des normes de dimensions, être facilement nettoyables et apporter du confort et du bien-être au veau.

 

Se soucier du bien-être de veaux

  • Niches extérieures : leurs dimensions doivent être adaptées au temps de présence du veau dans ce logement avant le passage en case collective. Attention à l’isolation thermique du matériau afin que ces niches ne deviennent pas des serres en été. Une courette extérieure apporte confort, exercice, bien-être et socialisation à distance.
  • Cases en bâtiment : des normes minimales sont applicables notamment en termes de longueur (au minimum longueur du veau X 1,1) et de largeur (au minimum taille au garrot du veau). Cases bien paillées, idéalement avec caillebotis. Eviter si possible tout contact avec un mur froid. Les nouvelles recommandations de bien-être animal préconisent le logement par deux des veaux pour la sociabilisation : pour des raisons de sécurité sanitaire, il est prudent, à mon sens de ne pas dépasser ce nombre de deux.

Dans ces deux types de logement, deux portes-seaux doivent être à disposition : un pour la distribution du lait ou de l’eau en dehors des repas lactés ; l’autre pour le concentré premier âge qui doit être distribué dès la fin de la première semaine de vie. Sans oublier un petit râtelier pour de la paille ou du foin.

 

Le confort thermique : point crucial

Les veaux entre 0 et 2 semaines ont une zone de confort thermique située entre 5 - 7°C et 25°C. En nurserie, il faut donc limiter les pertes de chaleur par convection au contact d’un air trop froid et celles par conduction au contact d’une paroi froide. L’isolation des parois trop froides se réalise idéalement par l’extérieur sinon l’utilisation de bois (par exemple contreplaqué marine imputrescible) pour doubler certaines parois internes trop froides est possible. L’isolation du toit du bâtiment est souvent nécessaire pour éviter une différence de température supérieure à 10°C entre le jour et la nuit ; source de stress et d’inconfort.

 

Le volume optimal par veau en bas âge se situe entre 9 et 12 m³. En cas d’excès de volume et d’une colonne d’air froid trop importante au-dessus du dos des veaux, un « plafond » amovible sur les 2/3 de la case doit être réalisé les jours trop frais. Il faut éviter toutes retombées d’air froid sur les veaux et limiter la vitesse du vent en hiver à 0,25 m/seconde.

 

Une hygiène irréprochable

Le paillage doit être quotidien et abondant pour le confort physique et thermique du veau (les pattes doivent être « recouvertes » d’un peu de paille lorsque le veau est couché). Du fait de la très longue persistance des agents infectieux (notamment les œufs de cryptosporidies), une désinfection entre deux veaux (avec des produits actifs contre les bactéries, virus et parasites) est importante afin de ne pas faire hériter le veau suivant du microbisme du veau précédent. Un nettoyage, une désinfection et un vide sanitaire plus important sont à réaliser au moins 1 fois par an dès que la fréquence des naissances diminue. Enfin une hygiène quotidienne doit être apportée au matériel de buvée.

 

La pouponnière est une étape importante dans la vie du veau : elle doit répondre à une optimisation de sa croissance et de sa santé.

 

Jean-Michel CUMINET

Vétérinaire Conseil - Référent Génisses

Littoral Normand

Pour aller plus loin dans l'élevage des veaux : https://cutt.ly/BRvMEAm

 

Contactez l'auteur

Certifications :