Vous êtes déjà connecté au SSO, vous pouvez vous déconnecter en cliquant ici
Mot de passe oublié

L'observatoire de l'herbe : une pousse timide en ce début d’avril

Actualité12/04/2022Agriculture Biologique, Observatoire de l'herbe, PrairiesBovins lait, Bovins viande

La croissance moyenne de la semaine avoisine les 30 kg de MS / ha / jour. Soit 30 kg de moins par rapport à la moyenne des 10 dernières années.

Pour ce début de saison, la pousse de l’herbe se fait attendre. La pluie et les températures froides ne sont pas des plus favorables pour diminuer les temps de retour sur les parcelles pâturées. La saison a démarré avec des hauteurs d’herbe et donc un stock assez important et le défi de bien nettoyer les parcelles. Maintenant, l’enjeu est de ne pas aller trop vite au risque de limiter la repousse tout en se tenant prêt pour les pousses plus favorables qui devraient arriver par la suite. Le pic de pousse est habituellement observé sur fin avril – début mai.

Cette semaine, la météo devrait être favorable à une bonne pousse de l’herbe. Les températures vont augmenter et l’absence de pluie permettront de finaliser les récoltes d’herbe.

 

 

Pensez économies, avec une ration à moins de 7 kg d’ensilage de maïs et avec une bonne pâture il est possible de se passez de correcteur azoté !

 

Pour n’apportez qu’une demi-ration à l’auge avec une pousse de 30 kg MS/ha/jour, il faut disposer d’une surface de 25 ares / VL de pâturage.

Témoignage : GAEC de la Bergerie, Vauville (50 440)

Eleveur de vaches laitières, notre troupeau est constitué de 120 vaches de race Prim’Holstein et Normandes qui ont accès à 35 Ha de pâturage.

Les vaches ont accès à la pâture en journée depuis le 9 mars et la nuit depuis début avril. Nous avons réussi à descendre en dessous de 4 kg MS de foin séché en grange distribué par vache et nous espérons pouvoir couper la distribution de fourrages à l’auge au plus vite.

Avec notre système robot et pâturage, les périodes les plus difficile sont les périodes de transition où nous apportons du fourrage à l’auge. Il faut toujours s’adapter. En fait, dès que le temps n’est pas très bon et qu’il pleut les vaches ont tendance à revenir plus vite au bâtiment et mangent donc un peu plus. C’est tout à fait gérable, cela nous demande juste de nous adapter au rythme des vaches.

Ce début de saison, n’est pas si simple, nous attendons les bonnes pousses car pour le moment c’est plutôt lent. Nous avons remis 4 hectares dans le circuit de pâturage (parcelles de fauche à proximité du circuit). Les parcelles qui ont été pâturées tard à l’automne, ne sont toujours pas au bon stade pour le pâturage.

Notre objectif pour cette saison est de refaire un bout de chemin pour améliorer la circulation des vaches et leur confort. Nous refaisons les chemins au fur et à mesure.

 

 

 

Justine HEBERT – Chambre d’Agriculture de Normandie

 

Contactez l'auteur

Certifications :