Vous êtes déjà connecté au SSO, vous pouvez vous déconnecter en cliquant ici
Mot de passe oublié

L'observatoire de l'herbe : protéger ses prairies dans l’optique d’une sécheresse

Actualité10/05/2022Agriculture Biologique, Observatoire de l'herbe, PrairiesBovins lait, Bovins viande

Les premiers signes du manque d’eau se font ressentir dans nos prairies normandes. La croissance a perdu 20 kg MS/ha/jr en une semaine pour atteindre 52 kg MS/ha/jr.

La quasi-totalité des sites connait une baisse de la pousse de l’herbe. Les rares averses localisées de la semaine dernière ne devraient pas changer la tendance à la baisse dans les semaines à venir.

Les prairies à dominante graminées devraient être les premières impactées par le manque d’eau. Les graminées feuillues sont de grandes « consommatrices » d’eau. Sans retour de pluies dans les prochaines semaines, les réserves en eau du sol déjà faibles (associées à des niveaux d’évapotranspiration croissants) devraient baisser fortement et conduire à une baisse de la croissance de l’herbe.

 

Pour ne pas accentuer le phénomène naturel d’assèchement des sols (via la transpiration des plantes), le surpâturage ou les fauches rases sont à éviter.

 

La baisse de la croissance va conduire à un besoin en temps de retour sur les parcelles plus long. Pour rallonger la vitesse de rotation, les rations à l’auge pourront être revues à la hausse et les parcelles fauchées/débrayées réintroduites dans le circuit de pâturage.

 

Pour les parcelles qui n’auraient pas encore été débrayées, il faudra se demander s’il est préférable de maintenir la fauche ou de les faire pâturer au risque de gaspiller (hauteurs d’entrée parfois élevées).

Témoignage : EARL De Poret, troupeau de 58 vaches Normandes à Mantilly (Orne)

« Le démarrage de saison de pâture s’est fait dans de bonnes conditions. Il a été possible de bien pâturer certaines parcelles humides. La maitrise des hauteurs d’entrée et la conduite au fil ont conduit à des hauteurs de sortie autour de 4 cm avec très peu de refus promettant une belle repousse (bien engagée depuis). Le semis de fin d’année est bien implanté et sera pâturé très prochainement. 

Suite à l’accélération de la croissance depuis 15 jours, plusieurs parcelles présentent des hauteurs trop élevées pour être pâturées. Par conséquent, 4 parcelles vont être fauchées les prochaines semaines en ensilage d’herbe. Cela représente environ 6 ha sur 21 ha.

Par contre, la ration à l’auge sera maintenue autour de 6 kg MS/VL afin de conserver un stock sur pied suffisant. En effet, avec le peu d’eau tombée ces dernières semaines, le risque de ralentissement de la pousse n’est pas à écarter.

 

Tous les ans, le maintien d’un fond de maïs à l’auge (3-4 kg MS/VL) est privilégié par rapport à une fermeture du silo afin de maintenir l’état corporel, les taux et de bons résultats reproduction. Cette année, le choix est d’autant plus aisé qu’il y a également de nombreuses vaches en début de lactation à la saison et une dizaine de vêlage encore à venir. »

 

 

 

 

Emilie TURMEAU – ELVUP

 

 

 

 

Contactez l'auteur

Certifications :