Vous êtes déjà connecté au SSO, vous pouvez vous déconnecter en cliquant ici
Mot de passe oublié

L'observatoire de l'herbe : Gérer les extrêmes printaniers

Actualité29/03/2022Agriculture Biologique, Observatoire de l'herbe, PrairiesBovins lait, Bovins viande

La pousse de l’herbe cette semaine s’élève à 32kgMS/ha/j, 10kg sous la moyenne décennale de la région. La météo un peu instable (jours chauds passés, frais à venir), l’humidité, voire les giboulées annoncées demandent de s’adapter au jour le jour afin de maximiser l’ingestion d’une herbe de qualité, sans brider le potentiel de pousse des parcelles.

Un temps humide annoncé

Avec le temps humide annoncé, il est bon de s’assurer de ne pas piétiner les parcelles, au risque de se retrouver avec des potentiels de pousse amoindris pour toute la saison. On peut passer plus rapidement dans les parcelles pour éviter que les vaches ne piétinent. Cela toutefois à la condition que la végétation soit modérée, et que les vaches aient la motivation de pâturer. A cette époque, on peut déjà débrayer des parcelles qui seraient trop hautes. Mieux vaut une bonne fauche qu’une mauvaise pâture...

 

 

Enfin, si la portance se dégrade fortement, il est préférable de garder les vaches 2j à l’abris le temps que le sol ressuie, plutôt que de les envoyer faire un massacre. Un peu de patience permet d’éviter parfois de grosses déconvenues plus tard. D’où l’importance d’un aménagement bien réfléchi, surtout en inter-saison !

Témoignage du Lycée Agricole de Vire, Vire (14)

Notre troupeau de 70 vaches laitières (70% Normande 30% Prim’Holstein) a été mis à l’herbe le 1 er mars. Elles sont, au départ, sorties que quelques heures l’après-midi mais maintenant elles sont lâchées dès 10h30. Depuis la mise à l’herbe, les vaches ont pris environ 1,5L. Le début de saison se passe très bien. Nous avons des températures correctes avec un temps assez sec ce qui nous permet d’avoir une bonne portance. Nous sommes en ce moment en plein déprimage. L’idée est de gérer le résiduel, d’être assez sévère pour sortir à 3-4cm et d’être bien après pour le reste de la saison.

Le système est bien calé depuis quelques années maintenant. Le parcellaire est découpé en 24 paddocks de 70 ares à 1ha. L’objectif est de valoriser au maximum le pâturage. La flambée des prix de tous les intrants en ce moment nous conforte dans cette optique. Comparé aux années précédentes, les stocks à la sortie de l’hiver sont bien présents grâce à de bons rendements en 2021. On approche donc la nouvelle saison plus sereinement.

Cette année, le suivi des mesures d’herbe et la gestion du calendrier de pâturage va être réalisé par Alassane qui vient de Côte d’Ivoire et qui est là pour 8 mois dans le cadre de son service civique internationale. Le service civique sert de stage de fin d’étude pour lui pour valider son BTS PA. Lors de son retour en Côte d’Ivoire, Alassane sera missionné pour travailler et mettre en place des pratiques Agroécologiques. Il pourra s’appuyer sur ce qu’il a pu observer en stage et également sur les études menées dans le cadre du programme EPA (enseigner à produire autrement) misent en place dans les autres campus agricole.

 

 

Edouard LAIGNEL – Littoral Normand

 

Contactez l'auteur

Certifications :