Vous êtes déjà connecté au SSO, vous pouvez vous déconnecter en cliquant ici
Mot de passe oublié

L'observatoire de l'herbe : Des prairies ensoleillées

Actualité13/10/2021Agriculture Biologique, Observatoire de l'herbe, PrairiesBovins lait, Bovins viande

Le temps a été plutôt clément cette semaine, additionnée avec des températures fraîches. La pousse est légèrement ralentie, la croissance moyenne des exploitations normandes suivies est de 26 kg MS/ha.

 

Les récoltes de maïs et la constitution des stocks sonnent le bon moment pour faire un bilan fourrager et évaluer les surfaces à affecter à chaque lot d’animaux.

La période est également encore propice au semis de prairies ou aux dérobées après maïs, soignez les compositions en fonction du type de sol et de vos besoins. L’option de semer sous couvert de céréales ou méteil permet de protéger la prairie l’hiver et d’assurer son développement au printemps. La densité de semis de la prairie est la même 20 à 25 kg/ha qu’un semis classique. Après préparation du sol, le semis de la prairie se fait à 1cm en relevant les bottes du  semoir pour éviter le semis en ligne et assurer une bonne répartition des graines, (céréales, dose préconisée  2 à 3cm). Puis passage de rouleau pour réappuyer le sol.

 

Témoignage GAEC ADAM LS, ST MARCOUF (50)

« Notre troupeau est composé de 115 VL majoritairement de race Normande. L’exploitation répond au cahier des charges de l’AOP Beurre & Crème d’Isigny. Nous avons 33 ha accessibles découpés en 24 paddocks dans une zone côtière assez séchante.

Cette année ne ressemble en rien à celle de l’année dernière avec un retard conséquent au printemps et des excès d’herbe quand d’habitude nous commençons à en manquer. D’ailleurs nous avons même pu faucher en juillet alors qu’à cette période l’herbe est grillée chez nous.

Ce qui était délicat cette année, était d’ajuster les quantités de fourrages distribués à l’auge avec une herbe plus ou moins riche en MS. Il fallait faire le compromis entre le nettoyage du paddock par les vaches et le maintien de la production. Aussi nous avons eu plus de fauche à réaliser. Nous avons fauché environ 1/3 de la surface en enrubannage pour gérer les paddocks les plus avancés, 1/3 que nous avons réalisé en topping et 1/3 où la f      auche a été faite à la sortie des vaches. Normalement nous favorisons le topping : comme les vaches trient moins, la parcelle ressort propre avec moins de gaspillage mais vu la pluviométrie de cet été nous n’avons pas pu en faire comme nous le voulions. Aujourd’hui, le pâturage compte pour environ 40% de la ration. Globalement, cette une bonne année de pâturage.

A l’automne 2020 et au printemps 2021, nous avons semé deux nouvelles parcelles de pâturage avec un mélange de RGA, fétuque élevée avec un peu de pâturin et surtout avec 50% de trèfles (en graines/m²). Le semis de printemps a été fait sous couvert d’avoine et le résultat est bien meilleur, la prairie est bien plus dense. L’objectif de se mélange est d’avoir une prairie qui résiste mieux  à la sécheresse. Nous avons des vielles prairies dans le circuit qui justement ralentissent énormément en début d’été, nous allons certainement en renouveler un peu. 3ha vont être réimplantés l’année prochaine. »

 

Claire CARAES
Chambres d’agriculture de Normandie

 

 

Contactez l'auteur

Certifications :