Vous êtes déjà connecté au SSO, vous pouvez vous déconnecter en cliquant ici
Mot de passe oublié

L'observatoire de l'herbe "Au mois de Juin, la faux à la main"

Actualité07/06/2021Agriculture Biologique, Observatoire de l'herbe, PrairiesBovins lait, Bovins viande

La croissance est enfin repartie avec une moyenne de 70kg MS/ha/jour. Pour la 3ème semaine consécutive, la croissance moyenne dépasse la référence des 10 dernières années (56 kg MS/ha/jour pour la semaine 22).

La gestion des refus est de rigueur. Elle peut se réaliser par :

  • Une fauche et une récolte par ensilage ou enrubannage des parcelles les plus fortes du circuit,
  • Un topping, fauche 24h maximum avant de mettre les vaches à pâturer,
  • Un broyage ou une fauche après le passage des vaches,
  • Un pâturage par d’autres animaux après les vaches.

Mise à part la gestion des graminées épiées ces fauches ont aussi l’avantage d’être un moyen de lutte contre les chardons et les rumex. Pour ces derniers, c’est aussi le moment d’intervenir, ils sont fleuris ou en bouton. C’est à ces stades qu’ils sont les plus vulnérables et qu’ils auront le moins de chance de repartir après la fauche.

 

 

 Témoignage

Mickaël SALLES – SCEA des Bourdonnets (Le Châtellier 61)

La SCEA des Bourdonnets pratique le pâturage tournant dynamique depuis 3 ans avec un troupeau de 135 vaches normandes qui produisent du lait pour l’AOP Camembert.

« En 2019, nous avons redécoupé les 30 hectares destinés au pâturage des vaches laitières en 18 paddocks allant 1,30 ha à 1,90 ha. Cela a contribué à mieux valoriser nos prairies et nous avons constaté un gain de valorisation de presque une tonne de matière sèche par hectare dès la première année.

Aujourd’hui, il reste encore des évolutions à réaliser comme, par exemple, permettre l’accès à l’eau dans tous les paddocks. Cette année, nous avons aménagé environ 450 mètres de chemins qui sont les plus empruntés par le troupeau. Nous avons décapé les 20 premiers centimètres qui ont été comblés par du schiste dégradé issu de l’exploitation puis cylindrés. En couche de finition, nous avons mis 15 centimètres de sable provenant de Saint Hilaire du Harcouët (bonnes propriétés de compaction, utilisé notamment pour l’aménagement des voies vertes). Il a été déposé au finisher routier puis cylindré. Ce chantier nous a coûté 8200 € HT.

Cet aménagement nous a vraiment permis d’améliorer le confort des animaux et de réduire le nombre de boiteries dues à des chemins trop dégradés et blessants. ».

 

 

Justine Hébert, Chambre d’agriculture de Normandie

Contactez l'auteur

Certifications :