Vous êtes déjà connecté au SSO, vous pouvez vous déconnecter en cliquant ici
Mot de passe oublié

Le désherbage mécanique des cultures d’hiver en Agriculture Biologique

Actualité24/02/2022Agriculture BiologiqueBovins lait, Bovins viande

A la sortie de l’hiver les parcelles se réveillent. Cela vaut pour les cultures mais aussi pour les adventices. C’est le moment de les surveiller et guetter la météo pour être prêts à profiter des premiers créneaux disponibles pour les interventions en plaine.

Quelques repères pour les travaux du mois à venir

 

L’importance des méthodes préventives

La présence d’une prairie temporaire en tête de rotation et la mise en place d’une rotation cohérente avec alternance de dates de semis différenciées, constituent le socle de la gestion des adventices en Agriculture Biologique. On peut disposer du matériel de désherbage mécanique le plus performant et ne pas pouvoir s’en servir à cause de l’absence de créneaux météo favorables. C’est pour cette raison que dans les élevages biologiques avec un atelier cultures il est important de faire rentrer les prairies dans la rotation.

Le désherbage mécanique : un outil supplémentaire pour la réussite des cultures

Les céréales d’hiver ont souvent besoin d’au moins une intervention. Sur les méteils il n’est pas nécessaire d’intervenir, surtout quand ils sont bien développés. Attention aux méteils avec pois ! Arrêter les passages avec herse dès l’apparition des vrilles si on veut les préserver. L’efficacité des outils de désherbage mécanique est très dépendante de différents facteurs. Pour qu’elle soit au rendez-vous plusieurs conditions doivent être respectées :

1 – Humidité du sol. L’intervention sera efficace uniquement si l’outil est capable de mettre les racines des adventices à l’air. La couche superficielle du sol de la parcelle doit être au bon niveau d’humidité, celui qui permet sa réduction en miettes. Si on voit les traces de passage des outils (des rayures derrière herse étrille, les impacts des cuillères derrière la houe rotative) l’intervention est inefficace. Parfois le créneau entre trop humide et trop sec est d’un seul jour 

2 – Météo. Une fois les racines mises à l’air, les adventices doivent sécher. Il faut donc un temps sec et chaud les trois jours qui suivent l’intervention, faute de quoi les plantules vont redémarrer.

3 – Stade de développement des adventices. Le niveau d’efficacité de herse étrille et houe rotative diminue rapidement avec le développement des adventices. L’idéal serait d’agir lorsque les adventices n’ont pas dépassé le stade des premières feuilles vraies. Une bonne technique pour anticiper le moment d’intervention consiste à mettre un carré de verre ou de voile de protection pour avancer d’un jour ou deux le stade des adventices sous cette zone protégée. Autrement on peut gratter avec un couteau la surface du sol et vérifier la présence de graines d’adventice en germination (stade fil blanc). La bineuse est efficace sur des adventices plus développées. Cela permet un créneau d’intervention optimale plus large. Aucun outil est efficace contre les vivaces (rumex, chardons, laiterons).

Voici quelques repères :

Certains outils sont mieux adaptés en fonction du type de sol.

Le désherbage mécanique du blé et des céréales d’hiver

Parfois les parcelles sont assez propres (eh oui … ça peut arriver, surtout derrière prairie et avec un semis après le 25 octobre !). Se pose donc la question de l’intérêt d’une intervention. On craint surtout qu’elle puisse provoquer une nouvelle levée d’adventices.

Sur cultures d’été et de printemps cette crainte est justifiée. L’écart de développement entre culture et adventices est faible et il n’y a pas de nécessité d’ouvrir le sol pour l’aérer et booster la minéralisation. Cependant, sur culture d’automne, il ne faut pas hésiter à intervenir, surtout si on observe une croute de battance ou un sol bien plaqué par les pluies. L’effet coup de fouet est garanti !

Voici quelques repères pour optimiser les interventions.

Ci-dessous quelques exemples de stratégie globale d’intervention sur blé.

 

Maddalena MORETTI

Conseillère Référente Agriculture Biologique

maddalena.moretti@littoral-normand.fr  

   06 64 23 84 16

Contactez l'auteur

Certifications :