Vous êtes déjà connecté au SSO, vous pouvez vous déconnecter en cliquant ici
Mot de passe oublié

L’abreuvement des vaches laitières au pâturage

Actualité06/04/2022Nutrition, Santé animaleBovins lait

Il n’y a aucun animal qui exige plus d’eau, proportionnellement à son poids, que la vache laitière. L’eau est le principal constituant du lait (>85%). Dans un troupeau, l’approvisionnement en eau au pâturage constitue un point à ne pas négliger.

Le volume d’eau bu par une vache laitière au pâturage peut atteindre 90 litres. Ce volume dépend de la température extérieure, de la composition de la ration et du niveau de production (Tableau 1). Le niveau de consommation sera d’autant plus réduit que l’herbe est jeune et riche en eau.

Recommandations au pâturage

  • Eviter l’abreuvement direct aux mares, étangs, ruisseaux et cours d’eau : risque de contaminations bactériennes des eaux de surfaces. Des « séries » d’avortements sur génisses gestantes laissées au pâturage avec un accès à de l’eau stagnante ne sont pas rares (surtout après de fortes pluies).
  • Avoir un volume suffisant : il dépend du nombre de vaches pouvant boire en même temps (donc de la distance pâturage/abreuvement).
  • Garantir un bon débit d’eau : plus la distance à parcourir est grande, plus les animaux se déplacent en grands groupes.
  • Un nombre de places suffisant par abreuvoir : 3 ou 4 vaches doivent pouvoir boire en même temps.
  • Toujours au minimum 2 points d’eau, ceci permet de répartir les animaux qui boivent et de gérer une éventuelle fuite ou un bac très souillé.
  • Respecter une distance pâturage – abreuvoir : maxi 350m (100 m en été), au-delà, la valorisation du pâturage diminue.
  • Positionner les abreuvoirs
    • Dans une zone ombragée et sans clôture électrique à proximité ;
    • Dans un endroit non suroccupé : donc éviter chemin d’accès, entrée de parcelle, angle de pâturage, à proximité d’une auge ou d’un râtelier.
    • Sur un sol drainant et stabilisé afin d’éviter la possibilité d’apparition de boiterie (notamment panaris et dermatite).
  • Toujours contrôler les bacs au changement de parcelle (débit, fuite, propreté…).
  • Entretenir régulièrement : nettoyage à chaque changement de parcelle nettoyage (fuite, bac vide, etc.) et renouvellement de l’eau à l’arrivée des animaux. Attention au développement d’algues. Attention à la tonne à eau : l’eau qui chauffe l’été est propice au développement de bactéries.

 

Jean-Michel CUMINET , Vétérinaire Conseil Littoral Normand

&

Olivier VERON, Nutritionniste Littoral Normand

Contactez l'auteur

Certifications :